les journées

Le canal est là je pourrais y descendre.
Toutes les poules d’eau du coin me raviraient
mes réserves de pain dur. Ma mèche blanche dans mes cheveux c’est le signe de copain-copain avec vous les filles. D’ailleurs ils sont où les mâles
chez vous les poules d’eau ? J’ai jamais vu un poule d’eau moi je me rends compte là.

Angela Davis enseigne l’histoire de la prise de conscience dans une université en Californie. Depuis que je sais cela, je fais claquer plus fort les tiroirs de mes archives cervicales pour saluer chaque nouvelle prise de ma conscience.
J’imagine chaque nouvelle prise de conscience comme un nouveau poisson pris puis dégagé
de son hameçon pour le remettre à l’eau.
Ensuite je le regarde tranquillement
trouver son chemin dans l’eau claire.
Vaseuse.

Ca m’a chamboulée de découvrir que quelqu’un travaillait à rendre visible
une histoire des prises de conscience.
Ca m’a chamboulée ou juste plu. C’est comme apprendre qu’il y a une histoire de la maternité. A l’école, les cours d’histoire étaient centrés sur une histoire des conflits et des régimes politiques. Si on centrait les cours d’histoire sur le lavage des slips depuis la préhistoire et bien peut-être qu’on en apprendrait bien plus long sur l’humanité. Parce que déjà on apprendrait comment ça marchait quand on en n’avait pas. Et ça, ça ferait réfléchir. Pourquoi on ne centrerait pas les cours d’histoires sur l’histoire des journées ? Se demander comment les journées se déroulent depuis la nuit des temps et puis voir ce qui en découle niveau régime politique. Si les gens ont l’habitude de penser les journées ça peut donner des belles choses et des dialogues rigolos.
– Qu’est que je pourrais faire de mes journées
plus tard quand je serai grand ?
– Ah oui ! Toutes ces possibilités t’étourdissent ! Je puis te donner un exemple. Hum. Si un jour tu as du pain dur alors tu pourras descendre au canal et en donner aux oiseaux qui sont là. Et quand tu n’auras plus de pain dur alors tu remonteras chez toi ou tu continueras ton chemin.
– Je pourrai continuer mon chemin en bateau !?
– C’est ça.