aurélie guérinet

artiste autrice

tant attendu

J’avais l’enveloppe dans la main.
J’ai traversé tout le couloir jusqu’à la porte au bout qui va dans le jardin,
je suis sortie dans le jardin et je me suis assise sur la chaise.
La belle chaise blanche en plastique avec les cuisses qui collent dessus.
J’aurais pû m’éventer avec la lettre parce qu’il faisait très chaud.

Pourquoi j’ai pas fait ça et pourquoi je l’ai regardée, longtemps.

Le temps qui s’arrête parfois.

Et le vent dans la figure.

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2022 aurélie guérinet

Thème par Anders Norén