Salomé Pia

Salomé Pia est dessinatrice et habite à Caen. Avec sa fusée Rotring.20, elle décolle quotidiennement de l’atelier 102 pour partir en orbite autour d’un détail anatomique. Elle traverse bien vite l’atmosphère et passe près d’une paire de sourcils négligées par l’univers : 4000 traits-lumière plus tard, elle dispose d’un spécimen qu’elle montrera en lieu sûr. En apesanteur parmi sa sauvage et foisonnante collection d’images, elle en oublie mieux son propre corps, plonge dans des corps autres et en compose de nouveaux, avec son crayon-interprète. Elle n’a pas peur que ce soit dégueu ou visqueux, son regard se jette avec appétit sur tous les fragments qu’elle saisit. Elle dévore le moindre pore avec son crayon, la morfale ! Elle happe des formes graves et des sourires qui dérangent, elle piège le regardeur pour montrer une forme silencieuse de trivialité, tiens, des viscères oubliées sur le bord de l’évier. Le corps animal, cannibale, même pas mal. Des petits drames discrets, comme des doses thérapeutiques de poison, pour ne pas se laisser submerger, au grand jamais, mais oui, mais non, par des choses qui nous submergent comme la m_ _ _. Il est si bien bon délicieux glace vanille d’ignorer que l’on est charnel, mortel, oh god, réel !
En orbite depuis des millénaires autour de ses oreilles à elle, cartilages parfois ornés de bijoux, on entend Lullaby of Birdland, d’Ella Fitzgerald. Elle connaît trop ce morceau dit-elle mais elle aime le réécouter pour vérifier qu’elle s’en souvient encore. Elle ajoute qu’elle aime se filer le bourdon avec des morceaux plombants et qu’elle flingue facilement l’ambiance d’une soirée, autant dire qu’on lui laisse rarement les commandes.
Elle voit bien le cadavre du goéland, là sur la plage, au milieu des enfants qui piaillent. Mais elle ne va pas le ramasser. Elle se dit qu’il faut être raisonnable, parfois.


Ecouter Lullaby of Birdland, d’Ella Fitzgerald
Dessin de Salomé Pia
Portrait publié dans le Buzz Pack 40 en octobre 2016 (Caen)
Ecouter le portrait lu, un montage sonore de Louise Ganot